Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Grippe aviaire ou comment protéger nos volailles et volatiles?

Grippe aviaire ou comment protéger nos volailles et volatiles?


Depuis quelques semaines, certains cas de grippe aviaire ont été constatés tout d'abord en Suède et ensuite dans nos pays limitrophes. De plus, la crise sanitaire dans laquelle nous vivons a convaincu certains d'entre nous à recueillir des poules ou autres volailles/volatiles dans leur jardin. L'AFSCA avait dès la fin octobre, par mesure de précautions, déjà pris des décisions uniquement pour les détenteurs de volailles professionnels.

Force est de constater qu'elle est à présent de retour sur notre territoire. Suite à la découverte de la grippe aviaire chez des oiseaux sauvages dans certaines communes côtières, différentes mesures de prévention ont été prises qui touchent aussi les détenteurs particuliers de volailles et d’oiseaux partout en Belgique. Les détenteurs particuliers sont des familles qui élèvent quelques poulets dans leur jardin, mais aussi les éleveurs de volailles d'ornement et les amateurs d'oiseaux qui ont parfois des centaines d'animaux, ainsi que les colombophiles.


Particuliers ? Professionnels ? Quelles sont les mesures préconisées pour protéger nos compagnons à plumes ?

L’objectif des mesures est en premier lieu de protéger au maximum vos animaux contre la grippe aviaire. Cette maladie des oiseaux est très contagieuse, douloureuse et mortelle pour ces animaux. Le virus de la grippe aviaire se transmet facilement par contact avec des oiseaux sauvages ou avec leurs excréments. Les mesures préventives visent à garder les oiseaux sauvages hors de votre poulailler.

Ces mesures sont d'application depuis le 15 novembre dernier.

  • Vous devez confiner ou protéger vos volailles et vos oiseaux de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages. Le confinement peut se faire en enfermant vos animaux dans un bâtiment mais il est aussi possible de les laisser à l’extérieur, si ils se trouvent sur un terrain ou une partie de terrain qui est entièrement fermée au moyen de treillis ou de filets, tant sur les côtés qu’au-dessus. Les mailles du treillis ou du filet peuvent avoir un diamètre maximum de 10 cm de sorte que les oiseaux sauvages de la taille d’un canard ne puissent pas passer au travers. Une toiture étanche n’est pas obligatoire, mais est tout de même recommandée.
  • Vous devez aussi nourrir et abreuver vos volailles et oiseaux à l’intérieur ou de façon à rendre impossible le contact avec les oiseaux sauvages. En outre, il faut proscrire les abreuvements avec de l’eau de réservoirs d’eaux de surface ou de l’eau de pluie accessibles aux oiseaux sauvages.
  • En outre, les marchés et rassemblements de volailles et d’oiseaux seront réglementés plus strictement, dès que les mesures concernant le covid-19 permettront à nouveau de tels évènements. Cela est nécessaire afin d’empêcher la propagation éventuelle de la maladie de se propager dans le secteur des détenteurs particuliers. Les rassemblements sont tous les événements ou activités lors desquels des oiseaux de différents détenteurs amateurs sont réunis, par exemple pour une exposition, une foire ou un concours, ou – dans le cas des pigeons voyageurs – des vols de compétition.
L'AFSCA souligne qu'il n'y a aucun risque pour les consommateurs en ce qui concerne la consommation de viande de volaille et d'œufs. Vous pouvez donc continuer à utiliser les œufs de vos animaux sans aucun problème!


Vous avez découvert un oiseau sauvage (espèces aquatiques) mort dans la nature, que faire ?

Merci de le signaler via le numéro de téléphone gratuit 0800/99.777, de manière à éventuellement permettre une investigation rapide. Il est recommandé d'éviter de toucher ces oiseaux afin de ne pas propager le virus.


Plus d'informations ?

Vous pouvez toujours consulter le site Internet de l'AFSCA : www.favv-afsca.fgov.be/professionnels/productionanimale/santeanimale/grippeaviaire/.